30 mai 2024
Img 4034

Pourquoi est-il si difficile de trouver le grand amour ?

Trouver l’âme sœur est un rêve que caressent de nombreuses personnes. Pourtant, malgré nos efforts, malgré les rencontres, malgré les conseils de nos amis, il nous arrive souvent de rester célibataires.

L’amour est un sentiment complexe qui met en jeu notre histoire personnelle, notre rapport aux autres, nos peurs, nos doutes. Comprendre pourquoi il est si difficile de trouver l’âme sœur demande de s’intéresser à tous ces aspects.

Dans cet article, nous allons explorer plusieurs pistes pour comprendre les raisons qui peuvent compliquer notre quête du grand amour :

  • Le profil psychologique des « vieilles âmes »
  • L’impact de nos blessures affectives
  • Les difficultés relationnelles entre hommes et femmes
  • Les pièges des rencontres en ligne
  • Les erreurs à éviter dans nos rencontres amoureuses
  • Le profil des « vieilles âmes » : des standards très élevés

On qualifie parfois certaines personnes de « vieilles âmes ». Derrière cette expression se cache un profil psychologique bien particulier. Les vieilles âmes ont tendance à entretenir des standards très élevés concernant l’amour, ce qui complexifie leur recherche du partenaire idéal.

Des exigences parfois irréalistes envers un ou une partenaire

Les vieilles âmes savent précisément ce qu’elles attendent d’une relation. Le problème, c’est que leurs attentes sont souvent très élevées, parfois même irréalistes :

  • Elles recherchent rien de moins qu’une âme sœur
  • Leur partenaire doit être à la fois un confident, un ami, un amant et un soutien indéfectible
  • La relation doit être profonde, intense, passionnée
  • Elles aspirent à une connexion parfaite aussi bien intellectuelle, qu’émotionnelle et physique

Bref, la barre est placée très haut ! Résultat : leur vivier de partenaires potentiels se réduit considérablement.

Une tendance à sur-analyser qui nuit aux relations naissantes

Par ailleurs, les vieilles âmes ont tendance à trop réfléchir, à sur-analyser chaque détail de la relation. Cette hyper-sensibilité les amène à percevoir des signaux négatifs là où il n’y en a pas forcément.

Résultat : elles peuvent rompre prématurément une relation qui aurait pu s’épanouir si elles lui avaient laissé une chance.

Des relations karmiques parasitent la recherche du grand amour

D’après la pensée karmique, certaines relations amoureuses relèvent du destin et nous permettent d’évoluer spirituellement. On les appelle des relations karmiques ou des « flammes jumelles ».

De nombreuses vieilles âmes sont prises dans ce type de relations, très intenses mais généralement éphémères. Accaparées par ces histoires passionnées, elles ont du mal à s’investir dans une relation stable à long terme.

Une quête personnelle prioritaire sur la recherche amoureuse

Beaucoup de vieilles âmes ressentent l’appel d’une mission, d’un objectif personnel à accomplir avant de fonder un couple. Parce qu’elles savent qu’une fois engagées dans une relation sérieuse, elles aimeront de façon inconditionnelle et cela risque de les détourner de leur quête.

Du coup, elles ont tendance à retarder l’heure des rencontres amoureuses… quitte à rester célibataires plus longtemps.

Nos blessures émotionnelles, frein à l’épanouissement amoureux

Nos déceptions et échecs sentimentaux passés peuvent freiner notre épanouissement dans de nouvelles relations. Analyser notre parcours amoureux et apprendre à dépasser ces blessures est essentiel pour augmenter nos chances de succès.

Comprendre les schémas répétitifs dans nos histoires d’amour

Il nous arrive parfois de reproduire les mêmes schémas relationnels négatifs. Par exemple :

  • Tomber toujours amoureux de partenaires inaccessibles ou déjà pris
  • Être systématiquement attiré par des partenaires peu fiables
  • Saboter inconsciemment la relation dès qu’elle devient sérieuse

Ce type de schéma répétitif résulte souvent de blessures affectives anciennes qu’il faut identifier et résoudre. Un travail en thérapie ou en développement personnel peut être très aidant.

Ne pas généraliser à partir de mauvaises expériences

Attention à ne pas tirer de conclusions hâtives de nos déconvenues amoureuses. Par exemple, après une tromperie, on peut avoir tendance à croire que : « tous les hommes sont volages » ou « toutes les femmes sont manipulatrices ».

Ces généralisations sont évidemment fausses et nuisibles pour nos futurs échanges. Elles peuvent conduire à un cercle vicieux de méfiance.

Accepter qu’une relation puisse se terminer sans chercher de coupable

Quand une love story s’achève, on a souvent tendance à chercher un responsable. Or, une rupture peut survenir sans qu’il n’y ait de fautif. Les sentiments évoluent, les gens changent, les chemins se séparent.

Plutôt que de ruminer sur les torts de l’ex, mieux vaut retenir les leçons de cette histoire pour grandir émotionnellement. Cette acceptation facilitera nos prochaines rencontres.

Mieux comprendre l’autre pour une meilleure entente amoureuse

Hommes et femmes communiquent différemment sur le plan verbal et émotionnel. Prendre conscience de ces différences permet de mieux interpréter les comportements de chacun et d’apaiser bien des quiproquos.

Des conceptions de la sexualité parfois opposées

D’un point de vue anthropologique, hommes et femmes n’abordent pas la sexualité de la même façon. Ces différences psychologiques datent de la Préhistoire et perdurent aujourd’hui :

Pour les hommes, la sexualité a longtemps été associée à la procréation. L’activité sexuelle déclenche un mécanisme primaire de captation du plaisir et de multiplication des partenaires.
Pour les femmes, la sexualité est plus rattachée à la dimension relationnelle. L’acte sexuel s’inscrit spontanément dans un besoin affectif d’échange et de communication.

Bien sûr, en tant qu’être complexe, chacun combine ces deux aspects à des degrés divers. Mais connaître ce substrat primaire nous aide à mieux décoder les attentes et motivations de l’autre.

Des conceptions du temps différentes

Autre divergence essentielle : notre rapport au temps. Les femmes ont une conception élastique du temps : leur esprit est plus à l’aise dans l’approche globale, la gestion de plusieurs tâches en parallèle.

Les hommes privilégient une vision linéaire du temps, se focalisant sur une tâche puis une autre selon un schéma mental plus séquentiel.

Là encore, ces différences psychologiques issus de notre héritage primate peuvent être source d’incompréhension si on n’en a pas conscience.

3 pièges classiques du dialogue homme-femme

Dans le dialogue au sein du couple, il existe également des écueils récurrents qui minent la communication :

  1. Piège n°: généraliser abusivement. Exemple : « Tu es tout le temps en retard ! », alors que cela ne s’est produit que 2-3 fois.
  2. Piège n°: psychiatriser l’autre. Exemple : « Tu réagis comme ça parce que tu es hyper-émotive et fragile psychologiquement ».
  3. Piège n°3 : mélanger les sujets qui fâchent. Exemple : lors d’une dispute sur l’éducation des enfants, faire remonter des rancœurs datant de plusieurs années.

En prenant conscience de ces biais de communication involontaires, nous pouvons déjà fluidifier le dialogue et rapprocher les conjoints.

Les pièges des sites et applis de rencontres

Pour trouver l’amour, de plus en plus de célibataires se tournent vers les sites et applications de rencontre. Mais derrière la facilité affichée, ces nouveaux modes de rencontres cachent aussi des pièges.

Un risque accru de « ghosting »

La pratique du « ghosting », très répandue sur les applis de rencontre, désigne le fait de rompre brutalement tout contact avec une personne. Du jour au lendemain, l’un des partenaires cesse de répondre aux messages et disparaît sans explication.

Pour la personne « ghostée », cette disparition soudaine est bien sûr extrêmement déstabilisante sur le plan émotionnel.

Sur les sites de rencontres, la tentation du « ghosting » est grande : facilité de couper les ponts d’un clic, abondance de profils incitant à « passer au prochain »… Les personnes en quête d’une relation durable sont souvent déçues.

Des profils parfois très éloignés de la réalité

Autre revers de la séduction 0 : sur les applis, chacun tend à se mettre artificiellement en valeur, n’hésitant pas à retoucher ses photos ou « enjoliver » son profil pour se rapprocher d’un idéal fantasmatique. Les gens gagneraient à prendre conseil sur un guide de la rencontre en ligne pour améliorer leurs approches et leurs méthodes.

Résultat : le fossé est encore plus grand lors de la première rencontre réelle, conduisant bien souvent à des déceptions.

La prééminence des critères « superficiels »

Sur Tinder & co, le premier contact se fait via la photo. Inévitablement, l’apparence physique prend une place démesurée. Un profil avec une belle photo recevra 10 fois plus de « likes » qu’un profil avec quelqu’un de moins photogénique… mais qui sait, plus en accord avec nos aspirations ?

Bref, si les sites de rencontre élargissent le cercle des opportunités, ils portent aussi le risque d’une plus grande superficialité dans la sélection. L’amour risque de devenir un jeu du paraître loin des affinités véritables.

7 erreurs qui ruinent nos chances de séduire

Lors d’une rencontre amoureuse, il existe certaines maladresses qui peuvent vite doucher l’enthousiasme de notre partenaire. En gardant cela à l’esprit, nous augmentons nos chances d’établir une véritable connexion.

Fuir les relations « pansement affectif »

Après une rupture douloureuse, on peut être tenté de se jeter dans une nouvelle histoire, juste pour prouver à notre ex qu’on peut faire mieux… et accessoirement recoller les morceaux de notre ego ébranlé !

Sauf que ce type de motivation est rarement payant sur le long terme. La bonne démarche consiste d’abord à panser nos blessures, avant de nous engager émotionnellement avec quelqu’un de neuf.

Ne pas séduire sur un malentendu

On a parfois tendance à cacher ou enjoliver certains aspects de soi-même pour plaire davantage au début. Attention, ce genre de stratégie est vouée à l’échec ! Tôt ou tard la supercherie sera découverte.

Mieux vaut assumer d’entrée qui l’on est, quitte à ne pas faire l’unanimité immédiatement. Au moins, le courant passera sur des bases authentiques.

Eviter de griller les étapes

Sous l’effet de l’excitation des premiers émois amoureux, on peut être tenté de brûler les étapes, en imaginant tout de suite une relation durable ou même le mariage !

Viser plutôt des petits objectifs modestes mais réalistes : un deuxième rendez-vous, un week-end prolongé, des vacances à deux… Cela pose des fondations solides pour une future relation longue durée.

Ne pas ériger l’autre en âme sœur idéalisée

Dans l’élan du coup de foudre, il est tentant de projeter sur l’être aimé l’image d’une âme sœur idéale. Attention à ne pas escamoter sa part de complexité ou ses défauts.

Cette relation rêvée imaginée par projection ne correspond pas à la réalité. Mieux vaut apprendre à aimer la personne telle qu’elle est.

Fuir le piège de la routine

Une fois le premier élan passé, il est tentant de relâcher ses efforts et de sombrer doucement dans une relation routinière. Le couple délaisse petit à petit les sorties en amoureux, les moments d’intimités, les attentions sensuelles…

Multiplier les gestes affectueux, les surprises, les activités insolites permet de maintenir une étincelle et d’éviter de tomber dans le piège d’une passion éteinte.

Accepter les différences sans vouloir changer l’autre

A force de vivre ensemble et d’échanger suas ses opinions, ses valeurs, il est tentant de vouloir modifier certains traits de caractère qui nous irritent chez l’être aimé.

Or chacun doit rester libre d’être qui il est dans le couple, sans injonction à la transformation. L’amour accepte l’autre dans toute sa complexité.

Savoir pardonner les maladresses

Dans l’intimité d’un couple, il est inévitable que surviennent des accroches, incompréhensions, paroles malheureuses, oublis d’occasions spéciales…

Avant de se braquer contre l’être aimé suite à une maladresse, il est bon de relativiser, de pardonner, pour préserver ce bien précieux qu’est l’harmonie du couple.

En conclusion

L’amour est compliqué car il fait appel à toute notre humanité, avec son lot de peurs, de doutes, de failles et de paradoxes.

Pour autant, s’interroger sur les raisons qui peuvent freiner notre quête amoureuse est riche d’enseignements. Cela nous pousse à mieux nous connaître et à comprendre les ressorts de la psychologie masculine et féminine.

En identifiant nos schémas récurrents, nos blessures passées, nos exigences démesurées, nous augmentons nos chances de succès. Et si malgré tout le grand amour se fait attendre, essayons de goûter les petits bonheurs du quotidien. L’amour de soi est finalement le plus essentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *